Essai du système par épreuve de fumée

Le fonctionnement du système de ventilation de poussée peut également être testé de différentes façons ultérieurement :

 

Essai de fumée froide

koude_rookproef_nr_1_kl

Le test le plus simple est effectué à l’aide de fumée froide. À l’endroit le plus critique, on place un générateur de fumée. Celui-ci enfumera la zone pendant une période prédéterminée. Ensuite, on évalue si le système de ventilation existant est capable de désenfumer suffisamment la zone dans les délais exigés. La fumée froide permet également de démontrer de façon adéquate s’il y a des angles morts. Le désavantage de ce test, c’est qu’il ne permet pas d’évaluer l’impact des paramètres thermodynamiques.

 

Essai “full-scale”

full_scale_test_fotoKL

L’essai le plus fiable, c’est le test effectué avec de véritables voitures.

Ce test est toutefois particulièrement coûteux, dangereux, et il peut aussi causer des dommages au bâtiment. Les impacts thermodynamiques sont alors toutefois présents à part entière. Les résultats d’un test de fumée froide peuvent dès lors différer de ceux d’un essai d’incendie d’une voiture réelle.

 

Essai de fumée chaude

foto_rookproeven_nr_3kl

Enfin, on peut également effectuer ce que l’on appelle un « Hot Smoke Test ».

Les influences thermodynamiques sont entièrement visibles, mais l’essai n’occasionne aucun dommage au bâtiment, étant donné qu’on crée un incendie alcoolique ‘propre’. Il faut néanmoins prendre des précautions spéciales, et de ce fait, ce test n’est pas non plus facile à réaliser rapidement.